Lauréats de 2020 du Prix national d’excellence 3M pour étudiants

Adelaide Strickland,
Development Studies and English | Études du développement et anglais
St. Francis Xavier University | Université St. Francis Xavier
Ariane Freynet-Gagné,
Psychology | Psychologie
University of Manitoba | Université du Manitoba
Claire Ainslie MacDougall,
Physics and Mathematics | Physique et mathématiques
St. Francis Xavier University | Université St. Francis Xavier
Emma Kuzmyk,
English and Political Science | Anglais et sciences politiques
St. Francis Xavier University | Université St. Francis Xavier
Hanna Jacobsen,
Sociology and Gender Studies | Sociologie et études sexospécifiques
University of Victoria | Université de Victoria
Lena Schreyer,
Neuroscience | Neurosciences
Western University | Université Western
Madeleine Kenyon,
Philosophy | Philosophie
University of Victoria | Université de Victoria
Maxim Jacques,
Business Administration | Administration des affaires
Bishop’s University | Université Bishop’s
Netra Unni Rajesh,
Biomedical Systems Engineering | Ingénierie des systèmes biomédicaux
University of Toronto | Université de Toronto
Qendresa Sahiti,
Neuroscience and Certificate in Science Leadership and Communication |
Neurosciences et certificat de leadership ensciences et en communication
Dalhousie University | Université Dalhousie



Adelaide Strickland
Development Studies and English | Études du développement et anglais
St. Francis Xavier University | Université St. Francis Xavier

Adelaide (Addy) Strickland is a third-year undergraduate student living and working in Mi’kma’ki. Addy is pursuing an Honours degree in Development Studies with an English Subsidiary at St. Francis Xavier University, concentrating her studies on artistic methods and storytelling in social change and community development. Outside of the classroom, Addy aims to use her passion for stories as a tool for leadership—elevating and amplifying the stories of others, and working to change problematic narratives, particularly surrounding sexualized violence on university campuses. Addy has been deeply involved in sexualized violence protests on the StFX campus and is one of the founders of the StFX Peer Support Program, a mental health and sexualized violence resource navigation and listening service run by students, for students. She also sits on the organizing committee for the Antigonish Youth Activism Conference and edits the StFX student newspaper—The Xaverian Weekly. Following her undergraduate studies, Addy plans on pursuing a master’s degree in either forced migration or border studies, with the goal of contributing to scholarship on how we interact with and facilitate change in contested spaces. Adelaide (Addy) Strickland est en troisième année de ses études de premier cycle, elle travaille et vit en Mi’kma’ki. Addy étudie en voie de l’obtention d’un diplôme spécialisé en études du développement avec mineure en anglais à l’Université St. Francis Xavier. Ses études se concentrent sur les méthodes artistiques et la narration dans le cadre des changements sociaux et du développement communautaire. Hors de la salle de classe, Addy essaie de se servir de sa passion pour les récits comme outil de leadership, pour élever et amplifier les récits des autres et travailler en vue de changer les récits problématiques, en particulier ceux qui concernent la violence sexuelle sur les campus universitaires. Addy a été très impliquée dans les manifestations contre la violence sexuelle sur le campus de l’Université St. Francis Xavier. Elle est une des fondatrices du programme de soutien par les pairs de l’université, un service dirigé par les étudiants pour les étudiants qui aide à identifier les ressources et les services d’écoute en rapport avec la violence sexuelle. Elle est également membre du comité organisateur du colloque des jeunes activistes d’Antigonish et rédactrice du journal des étudiants de l’université, The Xavierian Weekly. Quand elle aura terminé ses études de premier cycle, Addy a l’intention de continuer ses études et de faire une maîtrise soit sur la migration forcée, soit sur les études frontalières, dans le but de contribuer à la recherche sur la manière dont nous ag nt nous facilitons le changement dans des espaces contestés.


Ariane Freynet-Gagné
Psychology | Psychologie
University of Manitoba | Université du Manitoba

Ariane Freynet-Gagné, 21 years old, is a student in the Honours Psychology program at the University of Manitoba. That said, she still has strong ties with the student community and professors at the Université de Saint-Boniface, as Co-Founder of the environmental club called Club Té-vert. In terms of research, Ariane is interested in languages, minority communities and intergroup relations, and hopes to link the subjects when writing her Honours thesis. She is currently volunteering in the psychology research laboratory “Intergroup Relations & Social Justice Laboratory” at the University of Manitoba. Ariane is also President of the Conseil jeunesse provincial (Cjp) since September 2018 and is therefore a member of the Fédération de la jeunesse canadienne française. The Cjp is the representative organization for French-speaking youth in Manitoba. Since 1974, the Cjp contributes to develop, among young Manitobans, the ability and willingness to play an active role in their Francophone community. Lastly, Ariane is also the youngest of four sisters and has two nieces. She feels lucky to be surrounded by strong women who inspire her in all the commitments she undertakes.

Ariane Freynet-Gagné, 21 ans, est une étudiante de quatrième année qui poursuit
un diplôme spécialisé en psychologie à l’Université du Manitoba. Cela dit, elle
détient encore des liens forts avec la communauté étudiante et les professeurs de
l’Université de Saint-Boniface, et ce en tant que co-fondatrice du club environnemental le « Club Té-vert ». Côté recherche, Ariane s’intéresse aux langues et aux communautés minoritaires ainsi qu’aux relations intergroupes, et
elle espère relier ces sujets l’un à l’autre lorsqu’elle rédigera sa thèse de
spécialisation. À l’heure actuelle, elle fait du bénévolat dans le laboratoire de
recherche en psychologie « Intergroup Relations & Social Justice Laboratory » à
l’Université du Manitoba. De plus, Ariane est présidente du Conseil de jeunesse
provincial (Cjp) depuis septembre 2018 et est donc membre du Conseil de direction de la Fédération de la jeunesse canadienne-française. Le Cjp est l’organisme porte-parole de la jeunesse d’expression française du Manitoba. Depuis 1974, le Cjp contribue à développer chez les jeunes Manitobains la capacité et la volonté de participer activement à leur francophonie. Enfin, Ariane est aussi la dernière de quatre soeurs et elle a deux nièces. Elle se considère chanceuse d’être entourée de femmes fortes et elle s’inspire d’elles dans toutes les activités qu’elle entreprend.



Claire Ainslie MacDougall
Physics and Mathematics | Physique et mathématiques
St. Francis Xavier University | Université St. Francis Xavier

Claire is a Physics and Mathematics student from Halifax, Nova Scotia in her third-year at St. Francis Xavier University. As a science student, there are many exciting opportunities, she has chosen to follow a career path that incorporates her values of social responsibility and humanitarianism through a climate justice lens by involving herself in researching global warming effects of atmospheric molecules and pursuing a career in the field of atmospheric physics or sustainable energy engineering postgraduate. As a woman in STEM, she works to break down barriers for underrepresented groups through outreach and advocacy both locally, at StFX and nationally, as Chair of the Canadian Association of Physicists Student Advisory Council. In her community she strives to create equal access to education while reducing waste through a project launched in August 2019 with aims to provide donated school supplies leftover from her university to school aged children experiencing poverty. From a young age, she has always been involved in sports. She competed in Varsity soccer at StFX and is currently training for a marathon this summer. Claire hopes to inspire the same joy in others by coaching local youth and special needs persons in soccer and baseball.

Claire est une étudiante de troisième année en physique et en mathématiques
originaire d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, qui étudie à l’Université St. Francis
Xavier. En tant qu’étudiante de sciences, elle a accès à de nombreuses
opportunités stimulantes et elle a choisi de suivre un parcours professionnel qui
incorpore ses valeurs sur la responsabilité sociale et l’humanitarisme sous l’angle
d’un climat de justice, et ce en s’impliquant dans la recherche sur les effets du
réchauffement global des molécules atmosphériques et en poursuivant une
carrière dans le domaine de la physique atmosphérique ou de l’ingénierie durable
des énergies, pour ses études de cycle supérieur. En tant que femme dans le
domaine des sciences, de la technologie, du génie et des mathématiques, elle
travaille pour éliminer les obstacles qui se trouvent devant les groupes sousreprésentés
grâce à des activités de rayonnement et de mobilisation à la fois au niveau local, à l’Université St. Francis Xavier et au niveau national, en tant que présidente du Conseil consultatif de l’Association canadienne des étudiants en physique. Dans sa communauté, elle s’efforce d’accéder à l’égalité en matière
d’éducation tout en réduisant le gaspillage grâce à un projet lancé en août 2019
qui vise à faire don de fournitures scolaires qui ne sont plus utilisées par son
université à des écoliers et des écolières qui vivent dans la pauvreté. Depuis son
plus jeune âge, elle a toujours participé à des activités sportives. Elle a fait partie
de l’équipe de soccer de l’Université St. Francis Xavier et à l’heure actuelle, elle se
prépare à courir un marathon cet été. Claire espère inspirer les autres à ressentir
la même joie qu’elle ressent dans son rôle d’entraîneuse de soccer et de baseball
pour des jeunes de la région et des personnes ayant des besoins spéciaux.



Emma Kuzmyk
English and Political Science | Anglais et sciences politiques
St. Francis Xavier University | Université St. Francis Xavier

Emma is a third-year student studying English at St. Francis Xavier University. She is the Vice President of the Students’ Union, a varsity athlete on the soccer team, and is known on campus for her sexualized violence prevention work. Since beginning university she has co-founded a sexualized violence awareness campaign, worked for the Antigonish Women’s Resource Centre, been an assistant projectcoordinator and facilitator for Waves of Change training, sat on over thirty university committees, developed and co-founded a peer support program on campus, given a TedX Talk at a Maple League retreat, and has been helping to drive a cultural shift at her institution. Emma considers herself to be an activist and channels her artistic abilities to fulfill that role — she has done illustrations for prevention programs and has shared her spoken word poetry in coffee houses, Take Back the Night marches, theatres, and more. Her activism began in her first year when she shared a poem on YouTube which was then discussed in news outlets nationwide. She is hoping to continue advocating against sexualized violence in the future and is currently planning on going to Law School, where she would like to learn to advocate for survivors of sexual assault navigating the legal system.

Emma est une étudiante de troisième année qui étudie l’anglais à l’Université St. Francis Xavier. Elle est vice-présidente du syndicat des étudiants, elle est également une athlète universitaire membre de l’équipe de soccer de l’université et elle est bien connue sur le campus pour son travail sur la prévention de la violence sexuelle. Depuis qu’elle est entrée à l’université, elle a co-fondé une campagne de sensibilisation contre la violence sexuelle, elle a travaillé pour le Centre de ressources pour femmes d’Antigonish, elle a été assistante de coordination de programmes et animatrice pour la formation Waves of Change, elle a été membre de plus de trente comités universitaires, elle a développé et co-fondé un programme de soutien par les pairs sur le campus, elle a donné une conférence TEDx lors d’une retraite de la Maple League, et elle a participé à un mouvement pour établir un changement culturel dans son établissement. Emma se considère comme une activiste et elle canalise ses aptitudes artistiques afin de
remplir ce rôle : elle a créé des illustrations pour des programmes de prévention et a partagé ses poèmes dans des cafés, lors de marches du mouvement Take Back the Night, dans des théâtres, et ailleurs. Son activisme a commencé au cours de sa première année quand elle a partagé un poème sur YouTube qui a été plus
tard discuté par les médias à l’échelle nationale. À l’avenir, elle espère continuer à
défendre les droits des victimes de violence sexuelle et pour maintenant, elle espère continuer ses études à l’École de droit où elle aimerait apprendre à défendre les droits des survivants et des survivantes d’attaques sexuelles dans le cadre du système juridique.



Hanna Jacobsen
Sociology and Gender Studies | Sociologie et études sexospécifiques
University of Victoria | Université de Victoria

Hanna Jacobsen is a third-year Sociology and Gender Studies student at the University of Victoria. They are passionate about LGBTQ+ lives, identities, and communities, as well as creating a more equitable world for all marginalized people through activism and public policy. They currently volunteer as a peer leader on their campus, where they plan events that create safer spaces for LGBTQ+ students to find community, belonging, safety, and wellness. Previously, they have also worked for an LGBTQ+ resource center planning Pride events and connecting individuals to community resources, and as a research assistant focusing on Indigenous education, sexualized violence prevention, and first-generation post-secondary students for the provincial Ministry of Advanced Education, Skills, and Training. Hanna is currently conducting sociological research on transgender communities on the social media site Tumblr and sees such research as an opportunity to bridge academic and public spheres to build community for trans, non-binary and Two-Spirit folks. They believe that social change is possible, and aim to enact anti-oppressive principles through their everyday life as well as on a larger scale through activism, academia, and politics.

Hanna Jacobsen est une étudiante de troisième année en sociologie et en études
sexospécifiques à l’Université de Victoria. Elle est passionnée à propos de la vie, de l’identité et des membres de la communauté LGBTQ+, et elle voudrait créer un monde plus équitable pour toutes les personnes marginalisées par le biais de l’activisme et de politiques publiques. À l’heure actuelle, elle fait du bénévolat en tant que leader de pairs sur son campus, où elle planifie des événements qui créent des espaces plus sécuritaires dans lesquels les étudiants de la communauté LGBTQ+ peuvent plus facilement trouver une collectivité, un sens d’appartenance, la sécurité et le bien-être. Auparavant, elle a également travaillé pour un centre de ressources à l’intention des membres de la communauté LGBTQ+ pour lequel elle a organisé des « gay prides » et aidé les personnes à se prévaloir des ressources communautaires. Elle a également travaillé comme assistante de recherche pour le Ministère de l’éducation supérieure, des compétences et de la formation, où son travail s’est concentré sur l’éducation des peuples autochtones, la prévention de la violence sexuelle et les étudiants et étudiantes post-secondaires de première génération. À l’heure actuelle, Hanna mène des recherches sociologiques sur les membres des communautés transsexuelles sur le site de média Tumblr et elle voit ces recherches comme une occasion de rapprocher la sphère universitaire et la sphère publique afin d’établir
une communauté pour les personnes transsexuelles, non-binaires et bispirituelles.
Elle croit que le changement social est possible et elle vise à promulguer des principes d’anti-oppression dans sa vie quotidienne ainsi que sur une plus grande échelle par le biais de l’activisme, des milieux universitaires et de
la politique.


Lena Schreyer
Neuroscience | Neurosciences
Western University | Université Western

Lena Schreyer is an award-winning scholar and aspiring paediatrician, known for her enthusiasm, creativity, compassion and determination. She is an active volunteer, avid mental health advocate, and experienced leader. As a second-year Neuroscience and Scholars’ Electives student, Lena is heavily engaged in the campus community at the University of Western Ontario: She is the Education Commissioner for Active Minds, a Workshop Facilitator for the Leadership Education Program, and a student mentor for incoming first-year students. In the community, Lena volunteers with the Ronald McDonald House at Victoria Hospital, as well as SARI – a therapeutic riding program for individuals with special needs. In addition to her volunteer activities, Lena is also the founder and director of Beecuz. Beecuz is a youth-led non-profit organization that provides innovative mental wellness education to elementary school students. By developing, launching and scaling Beecuz’ 12-week school program Lena hopes to increase youth mental health literacy, spread the power of positivity, and build supportive communities. Whether she’s in the classroom or immersed in the community, Lena aspires to be an everyday leader and, most importantly, never stop learning.

Lena Schreyer est une érudite primée et une pédiatre en herbe, bien connue pour
son enthousiasme, sa créativité, sa compassion et sa détermination. Elle fait
beaucoup de bénévolat, elle milite avidement dans le domaine de la santé
mentale et elle a une grande expérience en matière de leadership. En tant
qu’étudiante de deuxième année en neurosciences et « Scholars’ Electives », Lena
est profondément engagée dans la communauté du campus à l’Université
Western : elle est commissaire d’éducation pour les cerveaux actifs, animatrice
d’ateliers pour le programme de leadership en éducation et étudiante mentor
pour les nouveaux étudiants qui entrent en première année. Dans la
communauté, Lena fait du bénévolat pour le Manoir Ronald McDonald à l’Hôpital
Victoria ainsi que pour SARI, un programme d’équitation thérapeutique pour les
personnes ayant des besoins spéciaux. Outre ses activités de bénévolat, Lena est
également fondatrice et directrice de Beecuz, un organisme à but non lucratif
dirigé par des jeunes qui offre de l’éducation innovatrice en matière de bien-être
aux enfants des écoles élémentaires souffrant de maladies mentales. Elle a
développé, lancé et réparti graduellement sur 12 semaines le programme scolaire
Beecuz avec pour objectif d’augmenter la littératie des jeunes sur la santé
mentale, de propager le pouvoir de la positivité et de bâtir des communautés
solidaires. Qu’elle soit dans la salle de classe ou immergée dans sa communauté,
Lena aspire à être un leader de tous les jours et, plus important, à ne jamais
cesser d’apprendre.



Madeleine Kenyon
Philosophy | Philosophie
University of Victoria | Université de Victoria

Madeleine is a fourth-year feminist Philosophy student at the University of Victoria. Her primary research interests are the medicalization of sex/gender, and the study of rape culture and incarceration. She works as a developer of UVic Bounce, a new mental health initiative at the University of Victoria, which works towards de-stigmatizing mental illness among students, and providing resources for student well-being. Madeleine received funding from the University of Victoria in 2018 for her research on gendered violence and forgiveness and was funded this Fall to present her work on the philosophy of medicine at the University of Cincinnati. Madeleine also strives to engage her UVic community through the organization of conversation circles on important topics like ‘victims and perpetrators of violence’, and ‘the medicalization of sex/gender’. Her perspective on understanding rape culture, and thoughts about how to dismantle it, have been influenced by her time studying Social Justice and Philosophy with incarcerated students at Wilkinson Jail in Victoria. Madeleine hopes to pursue a career in teaching and researching Feminist Philosophy, with a special focus on protecting vulnerable bodies from violence and systemic medical discrimination.

Madeleine est en quatrième année d’études pour l’obtention d’un diplôme
spécialisé en philosophie féministe à l’Université de Victoria. Ses principaux
domaines de recherche sont la médicalisation du sexe et du genre ainsi que
l’étude de la culture du viol et de l’incarcération. Elle travaille comme développeur
pour Uvic Bounce, une nouvelle initiative de santé mentale de l’Université de
Victoria qui oeuvre contre la stigmatisation des maladies mentales chez les
étudiants et fournit des ressources pour favoriser leur bien-être. Madeleine a
obtenu une subvention de l’Université de Victoria en 2018 pour sa recherche sur
la violence sexospécifique et le pardon, elle a également été subventionnée cet
automne pour présenter à l’Université de Cincinnati ses résultats de recherche
sur la philosophie de la médecine.
Madeleine s’efforce également d’éveiller l’intérêt de la communauté de
l’Université de Victoria en organisant des cercles de conversations sur des sujets
importants tels que « les victimes et les responsables de violence » et « la
médicalisation du sexe et du genre ». Sa perspective sur la compréhension de la
culture du viol et les réflexions sur la manière de la démanteler ont été
influencées par son travail sur la justice sociale et la philosophie avec des
étudiants incarcérés à la prison Wilkinson de Victoria. Madeleine espère pouvoir
poursuivre une carrière en enseignement et en recherche sur la philosophie
féministe, avec un intérêt particulier pour la protection des personnes
vulnérables contre la violence et la discrimination médicale systémique.



Maxim Jacques
Business Administration | Administration des affaires
Bishop’s University | Université Bishop’s

Maxim is a last-year business student, majoring in Global Management & Leadership. Born and raised in Quebec, he chose to go to Bishop’s University because he wanted to have an impact on campus. He has been involved with the Bishop’s University Commerce Society since his first year by launching a merchandising line for the business school, implementing recruitment and training tools for the commerce society, and being involved on many business case competitions. Maxim developed an interest in sustainability and climate change when he was on a student exchange in the UK. Through the Bishop’s Exceptional Student Talent Project Fund, he spent 10 days in Peru in the summer of 2019 (TGP) learning about water resource management and sustainable development. In his final year at Bishop’s, he rose environmental awareness on campus by organizing an information session for TGP, being part of the Bishop’s sustainability task force to advise the school on how to position itself as a sustainable institution, being a TEDx speaker, and working as a research assistant to determine how environmental sustainability could be integrated in business curriculums. Maxim will later continue his education with a Master’s degree in sustainable development to become an environmental leader. Maxime est en dernière année de ses études en administration des affaires, avec
une concentration en gestion globale et en leadership. Né au Québec où il a
grandi, il a choisi de faire ses études à l’Université Bishop’s parce qu’il voulait
avoir un impact sur le campus. Il a été actif au sein de la société de commerce de
l’Université Bishop’s depuis sa première année quand il a lancé une ligne de
marchandisage pour l’école d’administration des affaires, il a également mis en
oeuvre des outils de recrutement et de formation pour la société de commerce et
il a été actif dans de nombreux concours de cas en administration des affaires.
Maxime a développé un intérêt pour la durabilité et les changements climatiques
quand il a participé à un échange et s’est rendu au Royaume Uni. Grâce au Fonds
de financement de projets de talent pour étudiants exceptionnels de l’Université
Bishop’s, il a passé 10 jours au Pérou au cours de l’été 2019 où il a étudié la gestion
des ressources en eau et le développement durable. Au cours de sa dernière
année à Bishop’s, il a sensibilisé les gens sur le campus en organisant une session
d’information concernant les projets de talent pour étudiants exceptionnels et en
faisant partie du groupe de travail de Bishop’s sur la durabilité, dont l’objectif était
de conseiller l’université sur la manière de se placer en tant qu’établissement
durable. Il a également été conférencier TEDx et a travaillé comme assistant de
recherche pour déterminer comment la durabilité environnementale pourrait
être intégrée aux programmes d’études en administration des affaires. Maxime va
continuer ses études et faire une maîtrise en développement durable afin de
devenir un leader environnemental.


Netra Unni Rajesh
Biomedical Systems Engineering | Ingénierie des systèmes biomédicaux
University of Toronto | Université de Toronto

Netra Unni Rajesh is a senior undergraduate student studying Engineering Science – Biomedical Systems Engineering at the University of Toronto. At the age of 14, she built a lab in her basement and carried out an experiment to study the effects of Wi-Fi radiation. This transformational experience taught her the importance of exposing youth to hands-on STEM education and ignited her passion for mentorship. Netra founded the Scientific Opportunities and Research Mentorship program which connected a network of over 400 students across Canada. She is an advocate for global engineering and STEM outreach at the University of Toronto. In her role as co-president of the Club for Undergraduate Biomedical Engineering, Netra founded the lab skills workshop series and taught over 150 students technical skills in biomedical engineering. She served as an engineering outreach ambassador and has spoken at several high schools across Ontario, sharing her experiences pursuing research internships at institutions like the National University of Singapore, Caltech and MIT. As a 2019 TEDx Speaker, Netra spoke about better integrating hands-on STEM education into the school curriculum. She will be pursuing a PhD in biomedical engineering and hopes to continue empowering future STEM leaders during her graduate studies.

Netra Unni Rajesh est une étudiante de quatrième année qui étudie l’ingénierie
des sciences, l’ingénierie des systèmes biomédicaux à l’Université de Toronto. À
l’âge de 14 ans, elle a construit un laboratoire dans son sous-sol et a mené une
expérience pour étudier les effets des radiations provenant de la wi-fi. Cette
expérience transformationnelle lui a appris l’importance d’exposer les jeunes à
l’enseignement pratique des sciences, de la technologie, du génie et des
mathématiques et a allumé sa passion pour le mentorat. Netra a fondé le
programme de mentorat Scientific Opportunities and Research Mentorship qui a
connecté un réseau de plus de 400 étudiants d’un bout à l’autre du Canada. Elle se
consacre aux activités de rayonnement relatives à l’ingénierie globale et à
l’enseignement des sciences, de la technologie, du génie et des mathématiques à
l’Université de Toronto. Dans son rôle de co-présidente du Club des étudiants de
premier cycle en ingénierie biomédicale, Netra a fondé une série d’ateliers pour
l’apprentissage de compétences de laboratoire et a enseigné à plus de 150
étudiants des compétences techniques en ingénierie biomédicale. Elle a été
ambassadrice de rayonnement de l’ingénierie et a donné des conférences dans
plusieurs écoles secondaires d’un bout à l’autre de l’Ontario, au cours desquelles
elle a partagé son expérience concernant la poursuite d’internats de recherche
dans des établissements tels que la National University of Singapore, Caltech et
MIT. En tant que conférencière TEDx en 2019, Netra a fait un discours sur une
meilleure intégration de l’enseignement pratique des sciences, de la technologie,
du génie et des mathématiques dans les programmes d’études des écoles. Elle
s’apprête à poursuivre ses études en vue de l’obtention d’un doctorat en
ingénierie biomédicale et elle espère continuer à stimuler d’autres leaders en
sciences, en technologie, en génie et en mathématiques au cours de ses études
supérieures.



Qendresa Sahiti
Neuroscience and Certificate in Science Leadership and Communication | Neurosciences et certificat de leadership en
sciences et en communication
Dalhousie University | Université Dalhousie

Qendresa is pursuing an Honours in Neuroscience with a Certificate in Science Leadership and Communication. As a first-generation immigrant and a former refugee, Qendresa grew up valuing the importance of community connections. She fosters these connections by giving back to her community as an active mentor, volunteer, and leader in health and advocacy organizations. Besides her passion for science, Qendresa believes in the communicative power of art and photography. She has incorporated her artistic pursuits into her science by creating infographics to foster science literacy in first year students and used photography to connect campus community members as an Executive Member of Humans of Dalhousie, where she focused on highlighting the experiences of marginalized populations at a colonial institution. As a student Academic Advisor, Qendresa led initiatives to empower and connect her fellow students by creating a peer mentorship program
(‘Brain Buddies’) and launching a website to help students secure undergraduate research opportunities, as she believes in a hands-on, experiential approach to learning. Her own scientific curiosity has enabled her to publish and present her research nationally. She hopes to pursue a career in the art and science of medicine. Qendresa is also a TD Scholarship for Community Leadership recipient.

Qendresa poursuit ses études en vue de l’obtention d’un diplôme spécialisé en
neurosciences accompagné d’un certificat de leadership en sciences. En tant que
première génération d’une famille d’immigrants et ancienne réfugiée, Qendresa a
été élevée dans la reconnaissance de la valeur des connexions communautaires.
Elle encourage ces connexions et redonne à la communauté en étant active en
tant que mentor, bénévole et leader pour des organismes de santé et de protection
des droits. Outre sa passion pour les sciences, Qendresa croit fermement dans le
pouvoir communicatif de l’art et de la photographie. Elle a incorporé ses
poursuites artistiques à ses études de sciences en créant des infographiques pour
encourager la littératie en sciences chez les étudiants de première année et elle
utilise la photographie pour connecter les membres de la communauté du
campus. En tant que membre du comité exécutif des humains de l’Université
Dalhousie, elle se concentre sur la mise en valeur des expériences vécues par les
populations marginalisées dans un établissement colonial. En tant qu’étudiante
conseillère académique, Qendresa a dirigé des initiatives afin d’autonomiser et de
connecter ses camarades étudiants et étudiantes, elle a créé un programme de
mentorat par les pairs (« Brain Buddies ») et a lancé un site web pour aider les
étudiants et les étudiantes à se prévaloir d’opportunités de recherche au niveau
du premier cycle, car elle croit fermement en l’approche expérimentale pratique
pour l’apprentissage. Sa propre curiosité scientifique lui a permis de publier ses
résultats de recherche et de les présenter au niveau national. Elle espère
poursuivre une carrière en art et en science de la médecine. Qendresa est
également lauréate d’une bourse TD pour leadership communautaire.