News & Updates

3M National Teaching Fellowship—2020 Winners Have Been Announced!

Press Release

The Society for Teaching and Learning in Higher Education and 3M Canada are pleased to announce this year’s 3M National Teaching Fellows:

Communiqué de presse

La Société pour l¹avancement de la pédagogie dans l’enseignement supérieur et la compagnie 3M Canada sont heureuses d’annoncer les noms des lauréats nationaux 3M en enseignement de cette année :

 

Dave AndrewsDepartment of Kinesiology | Département de kinésiologie,
University of Windsor | Université de Windsor

Paul CubbonSauder School of Business | École de commerce Sauder,
University of British Columbia | Université de la Colombie-Britannique

Heather JamniczkyCumming School of Medicine | École de médecine Cumming,
University of Calgary | Université de Calgary

Nancy NelsonElectronic Systems Engineering | Génie des systèmes électroniques,
Conestoga College Institute of Technology & Advanced Learning | Institut de technologie et d’enseignement supérieur du Collège Conestoga

Sujata MadantDesautels Faculty of Management | Faculté de gestion Desautels,
McGill University| Université McGill

Brent MainprizeGustavson School of Business | École de commerce Gustavson,
University of Victoria | Université de Victoria

Tiffany PotterDepartment of English | Département d’anglais,
University of British Columbia | Université de la Colombie-Britannique

Diane SymbalukDepartment of Sociology | Département de sociologie,
MacEwan University | Université MacEwan

Edōsdi—Judy ThompsonDepartment of First Nations Studies | Département d’études des Premières nations,
University of Northern British Columbia | Université du Nord de la Colombie-Britannique

Aleksandra Zecevic, School of Health Studies | École des études sur la santé,
Western University | Université Western


Dave Andrews
Department of Kinesiology | Département de kinésiologie,
University of Windsor | Université de Windsor

dave andrews portrait

Dave Andrews’ exceptional contributions to teaching, learning, and educational leadership can be summed up in two words: positive impact. As the only professor at the University of Windsor who has been both a Research Leadership Chair and a Teaching Leadership Chair, Dave is one of those academics who are able to unify the research and the educational sides of his beloved discipline-human anatomy.

Dave delights in teaching. He makes extraordinary efforts to engage students, foster a sense of belonging, and help them succeed. He has established many well-known, well-loved traditions, from Hallowe’en dress up, to weekly poems and songs penned and performed by Dave. The most famous of these traditions is the Great Name Game, covered on CBC Radio. Each year, Dave commits to learning the names of every student in the 200+ person class. On the last day of class he tests his success by naming every student. It may seem like an amusing party game of limited significance: student feedback suggests that it is symbolic of his much larger effort to make every student in the course feel known and welcome.

Dave is a powerful change agent. His transformative impact on those around him stems from the remarkable resonance and depth of this passion to learn, and to impart to others a hunger for learning. He speaks many of the languages of the academy, effortlessly code-switching across student humour, scientific scholarship, pedagogical expertise, professorial perspectives, and administrative priorities, always in the service of knowledge, teaching, and learning.

Les contributions exceptionnelles de Dave Andrews en enseignement, en apprentissage et en leadership éducationnel peuvent être résumées en deux mots : impact positif. En tant que seul professeur de l’Université de Windsor qui a été titulaire à la fois de la chaire de leadership en recherche et de la chaire de leadership en enseignement, Dave est un de ces universitaires qui sont capables d’unifier la recherche et les aspects éducatifs de la discipline qu’il adore, l’anatomie humaine.

Dave a beaucoup de plaisir quand il enseigne. Il déploie des efforts extraordinaires pour faire participer ses étudiants afin de leur donner un sens d’appartenance et les aider à réussir. Il a établi de nombreuses traditions bien connues et très appréciées, allant du déguisement pour l’Hallowe’en à des chansons et des poèmes hebdomadaires écrits, récités et chantés par Dave. La plus célèbre de ces traditions est le jeu « Great Name Game », diffusé à la chaîne de radio de la CBC. Chaque année, Dave s’engage à apprendre les noms de chaque étudiant et de chaque étudiante de sa classe de plus de 200 personnes. Le dernier jour des classes, il met sa réussite à l’épreuve en appelant chaque étudiant et chaque étudiante par son nom. Cela pourrait paraître comme un jeu de société amusant de peu d’importance, toutefois les commentaires des étudiants suggèrent que cela est symbolique de son effort plus vaste de faire en sorte que chaque étudiant et chaque étudiante du cours a le sentiment d’être connu(e) et bienvenu(e).

Dave est un agent de changement puissant. Son impact transformateur sur ceux et celles qui l’entourent provient d’une résonnance et d’une profondeur remarquables de sa passion pour l’apprentissage et pour son désir de communiquer aux autres une soif pour l’apprentissage. Il parle les nombreuses langues de l’université et passe sans effort de l’humour estudiantin au savoir scientifique, de l’expertise en pédagogie à des perspectives professorales et à des priorités administratives, toujours au service de la connaissance, de l’enseignement et de l’apprentissage.



Paul Cubbon
Sauder School of Business | École de commerce Sauder,
University of British Columbia | Université de la Colombie-Britannique

paul cubbon portrait

Paul Cubbon is a creative experimenter in his teaching and leadership. As an entrepreneur, he continually experiments with structured risk, analyzes the results, then adjusts to the benefit of students, his institution, and the community. As a trusted colleague, he developed campus-wide education for entrepreneurs, building alliances and agreements across the university. Paul partnered with the University of Toronto’s Rotman School of Management to expand the Creative Destruction Lab, its seed entrepreneurship program for massively scalable science-based companies. He raised multi-millions to bring together hundreds of scientists, and business people in order to mentor a new generation of entrepreneurs, and helped extend this joint venture across Canada. He also co-created an EdX course on Marketing for non-marketers with more than 120,000 students from 30 countries, and taught online courses to social entrepreneurs in Africa, Asia, Europe and the Americas.

Paul bridges the world of academia and practicality, as a ‘Pracademic’. “Let me know if the door is slightly open, and I will run through it.” In his humble way, he aims to inspire and enable, encouraging early mistakes and failure to build skills, knowledge and transformation.  As one of his students says Paul “…is a teacher who taught me how to teach myself.” Paul motivates his students to change something if they don’t like it, to go beyond profits and to focus on the social aspects in all their decision-making.

Paul Cubbon est un expérimentateur créatif dans son enseignement et son leadership. En tant qu’entrepreneur, il aime expérimenter avec des risques structurés, analyser les résultats et ensuite ajuster son tir afin que le résultat soit profitable pour les étudiants, pour son établissement et pour la communauté. En tant que collègue de confiance, il a mis au point un mode d’éducation à l’échelle du campus pour les entrepreneurs, créé des alliances et passé des ententes avec tous les secteurs de l’université. Paul a établi un partenariat avec l’École de gestion Rotman de l’Université de Toronto pour élargir le Creative Destruction Lab, son programme de démarrage d’entrepreneuriat destiné aux compagnies évolutives à vocation scientifique. Il a recueilli plusieurs millions de dollars pour rassembler des centaines de scientifiques et d’hommes et de femmes d’affaires pour que ceux-ci et celles-ci agissent en tant que mentors pour une nouvelle génération d’entrepreneurs, et il a aidé à étendre cette entreprise commune d’un bout à l’autre du Canada. Il a également co-créé un cours EdX, Marketing for non-marketers, auquel se sont inscrits plus de 120 000 étudiants venus de 30 pays, et il a enseigné des cours en ligne aux entrepreneurs sociaux en Afrique, en Asie, en Europe et dans les Amériques.

Paul établit un pont entre le monde universitaire et la vie pratique, en tant que ‘pracadémique’. « Faites-moi savoir si la porte est entrouverte et je vais la pousser pour l’ouvrir en grand. » Sous une apparence humble, il vise à inspirer et à rendre possible, il encourage les erreurs initiales et les échecs afin d’acquérir des compétences, des connaissances et des transformations. Comme l’a déclaré un de ses étudiants : « Paul est un professeur qui m’a enseigné à m’enseigner moi-même. » Paul motive ses étudiants à changer les choses qu’ils n’aiment pas, à dépasser les profits et à se concentrer sur les aspects sociaux dans toutes leurs prises de décision.



Heather Jamniczky
Cumming School of Medicine | École de médecine Cumming,
University of Calgary | Université de Calgary

heather jamniczky portrait

Heather is a star, and her students want us to know it. They say she is “absolutely outstanding”, “fosters courage and curiosity” and “makes everything so clear and really visual.” In the last decade she has received seven awards for teaching anatomy from the Calgary Medical Students’ Association, as well as many other university, national and international awards. Seen as a wonderful mentor by her students and her colleagues she drives innovation and change in her field. She co-developed technology tools for learning including 2 and 3 dimensional models of the human body and she collaborated with an art teacher to teach anatomy through sculpting. An extraordinarily talented and dedicated teacher and scholar, Heather continually engages in systematic inquiry to create deep learning experiences for her students, such as exploring the use of ultrasound and 3-dimensional photography to improve student learning experiences. Heather sees her role as one who creates an environment in which she and her students collaborate as a ‘learning team’ and work to achieve a set of common goals.

Heather practices the principles of inclusivity, transparency and responsiveness in everything she does, whether that be mentoring students and colleagues, developing novel courses or facilitating international workshops in anatomical sciences. As one of her colleagues said: “I admire Heather’s example as an educator, the connections she is able to create with students, and take inspiration from her example as I develop my own approaches in teaching.”

Heather est une étoile et ses étudiants veulent que ça se sache. Ils disent qu’elle est « absolument exceptionnelle », qu’elle « entretient le courage et la curiosité » et qu’elle « rend tout tellement clair et réellement visuel ». Au cours de la dernière décennie, elle a obtenu sept prix que lui a décernés l’Association des étudiants de médecine de Calgary pour son enseignement de l’anatomie, ainsi que d’autres prix nationaux et internationaux que lui ont décernés d’autres universités. Ses étudiants et ses collègues la considèrent comme un mentor merveilleux car elle stimule l’innovation et le changement dans son domaine. Elle a développé des outils technologiques d’apprentissage, y compris des modèles bi-dimensionnels et tri-dimensionnels du corps humain et elle a collaboré avec un professeur de beaux arts pour enseigner l’anatomie par le biais de la sculpture. Heather est une enseignante dévouée dont les talents sont extraordinaires, elle s’investit continuellement dans l’exploration systématique afin de créer des expériences d’apprentissage profond pour ses étudiants, telles que l’exploration de l’emploi des ultrasons et de la photographie tri-dimensionnelle afin d’améliorer les expériences d’apprentissage des étudiants. Heather considère que son rôle est de créer un environnement dans lequel elle et ses étudiants collaborent en tant que groupe d’apprentissage et travaillent pour réaliser un ensemble de buts communs.

Heather pratique les principes de l’inclusion, de la transparence et de la réactivité dans chaque chose qu’elle fait, que ce soit le mentorat d’étudiants et de collègues, le développement de nouveaux cours ou l’animation d’ateliers en sciences anatomiques. Comme l’a déclaré une de ses collègues : « J’admire l’exemple de Heather en tant qu’éducatrice et les connexions qu’elle est capable de créer avec les étudiants, et je m’inspire de son exemple quand je développe mes propres approches à l’enseignement. »



Nancy Nelson
Electronic Systems Engineering | Génie des systèmes électroniques,
Conestoga College Institute of Technology & Advanced Learning | Institut de technologie et d’enseignement supérieur du Collège Conestoga

nancy nelson portrait

Nancy Nelson’s passion is engineering, and her quest for student success is contagious. This quest has defined and directed Nancy’s professional journey, influencing her every idea, decision, and effort as an educator. She is a vital role model for female engineers. As several of Nancy’s students commented, “she has provided the much-needed support that we women need by meeting with us many times and sharing her wisdom and experiences.” Time spent with Nancy is inspiring, productive, and satisfying.

Nancy was instrumental in bringing one of the first Baccalaureate programs to Conestoga, and led the design, implementation, and accreditation process for the Engineering program. A leader in her field, Nancy was one of the first to bring project-based learning into engineering education helping her students solve real world problems. Her devotion to their success is evident in her innovative, award winning teaching career, her academic leadership in the Electronic Systems Engineering program, her willingness to share effective, evidence-based practices with local, national, and international colleagues, and her commitment to continuous professional growth. As a colleague said, “Nancy is the ultimate educator, seeking to help others rise to their full potential by constantly bettering herself and sharing her insights in creative and thoughtful ways.”

La passion de Nancy Nelson est l’ingénierie et sa quête de la réussite des étudiants est contagieuse. Cette quête a défini et dirigé le cheminement professionnel de Nancy et l’a influencée pour réaliser de nouvelles idées, de nouvelles décisions et de nouveaux efforts en tant qu’éducatrice. Elle représente un modèle vital pour les femmes ingénieures. Comme l’ont déclaré plusieurs de ses étudiantes : « Elle a fourni le soutien si nécessaire dont nous, les femmes, avons besoin, pour cela elle nous a souvent rencontrées et a partagé avec nous sa sagesse et ses expériences. » Les moments passés en compagnie de Nancy sont inspirants, productifs et satisfaisants.

Nancy a joué un rôle important dans la création de programmes de premier cycle à Conestoga et elle a dirigé la conception, la mise en oeuvre et l’accréditation du programme d’ingénierie. Nancy est un chef de file dans son domaine, elle a été l’une des premières à inclure l’apprentissage basé sur un projet dans les études d’ingénierie, ce qui a permis aux étudiants de résoudre de véritables problèmes du monde. Son dévouement à leur réussite est évident dans sa carrière innovatrice d’enseignante qui lui a valu de nombreux prix, ainsi que son leadership dans le programme de génie des systèmes électroniques, sa disponibilité de partager des pratiques efficaces basées sur l’évidence avec des collègues aux nivaux local, national et international et son engagement envers la croissance professionnelle continue. Comme l’a déclaré un de ses collègues : « Nancy est une éducatrice par excellence, elle cherche toujours à aider les autres à atteindre leur plein potentiel en s’efforçant de s’améliorer elle-même et de partager ses nouvelles idées de manières créatives et réfléchies. »



Sujata Madan
Desautels Faculty of Management | Faculté de gestion Desautels,
McGill University | Université McGill

sujata madan portrait

Sujata Madan is an inspirational leader and a charismatic teacher of financial literacy. She is an innovator who has found ways to help learners, from undergraduate students to seasoned business professionals, to advance their financial skills. In addition to creating and revising courses and programs, Sujata selflessly helps her colleagues improve their teaching. As one of her colleagues observes, “Sujata is in constant demand to help professors with their teaching and learning problems.”

Sujata is devoted to training the leaders of tomorrow and to assuring her students are ready to adapt and excel, in tune with an ever-changing environment. She does this by giving her students opportunities to apply theory to the real world and building intuitive thinking. The generosity she shows to her students transcends the classroom walls, inspiring them to become giving and empathetic people. She leads by example to the priceless joy of connecting with people.

Sujata’s students recognize they have an absolute ally in their educational pursuits. One of her former students says, “Through humor and kindness, Sujata got her students engaged in the classroom and even made me look forward to our 6-9 pm classes 4 times a week. A hard feat.” And, just as a reminder, Sujata teaches finance!

Sujata Madan est une leader inspirante et une enseignante charismatique qui enseigne la littéracie financière. Elle est une innovatrice qui a trouvé des moyens pour aider les apprenants, des étudiants de premier cycle jusqu’aux professionnels des affaires chevronnés, à améliorer leurs compétences financières. En plus de créer et de réviser des cours et des programmes, Sujata aide généreusement ses collèges à améliorer leur enseignement. Comme l’a fait observer une de ses collègues : « Sujata est constamment en forte demande pour aider les professeurs avec leur enseignement et leurs problèmes. »

Sujata se consacre à former les leaders de demain et à s’assurer que ses étudiants sont prêts à s’adapter et à être excellents, en harmonie avec l’environnement toujours changeant. Elle y parvient en donnant à ses étudiants l’opportunité d’appliquer la théorie au monde réel et à développer une pensée intuitive. La générosité dont elle fait preuve envers ses étudiants transcende les murs de la salle de classe et les inspire à devenir des personnes généreuses et emphatiques. Elle mène par l’exemple vers la joie sans prix de se connecter avec les gens.

Les étudiants de Sujata reconnaissent qu’ils ont en elle une alliée absolue dans la poursuite de leurs études. Une de ses anciennes étudiantes a déclaré : « À travers l’humour et la gentillesse, Sujata fait participer ses étudiants dans la salle de classe et elle a même fait en sorte que j’attendais avec impatience notre classe de 18 heures à 21 heures 4 fois par semaine. Un vrai tour de force. » Et juste pour le rappeler, Sujata enseigne la finance!



Brent Mainprize
Gustavson School of Business | École de commerce Gustavson,
University of Victoria | Université de Victoria

brent mainprize portrait

Brent believes in the magic of entrepreneurship. For him this magic is about nurturing a person’s discovery of their own unique abilities and passions, supporting their development, and then finding the perfect match out in the world to harness their individual power. He has been invited to over 40 Indigenous communities in BC to guide and facilitate community-based research, and to co-create unique programs that promote leadership and self-reliance through entrepreneurship. He was a key member of the leadership team establishing a national consortium for Indigenous economic development. In 2013 Brent launched the Aboriginal Canadian Entrepreneurs (ACE) program that delivers education in communities through visual and experiential learning. As Frank Parnell, the CEO of the Tribal Resources Investment Cooperation said “The ACE program has become, and will continue to be, the key catalyst in forging our self-reliance. Our programs ensure the participation of Aboriginal People in the economy as business owners.”

Brent is a role model for his students and colleagues. He facilitates the integration of Indigenous practices into post-secondary business education and creates accessible educational opportunities for Indigenous students in remote communities. For Brent cultivating and nurturing enduring relationships with Indigenous communities is an expression of the idea of “stronger together” – stronger as collaborating institutions, as educational leaders, and as a people on shared land.

Brent croit en la magie de l’entrepreneuriat. Pour lui, cette magie consiste à encourager la découverte que fait une personne de ses propres aptitudes et passions uniques, à soutenir son développement et ensuite à trouver le parfait complément dans le monde pour exploiter sa force individuelle. Il a été invité par plus de 40 communautés autochtones de Colombie-Britannique pour guider et faciliter la recherche basée sur la communauté et pour créer en collaboration des programmes uniques qui encouragent le leadership et l’autosuffisance grâce à l’entrepreneuriat. Il a été un des membres principaux du groupe de leaders qui a établi un consortium national pour le développement économique autochtone. En 2013, Brent a lancé le programme Aboriginal Canadian Entrepreneurs (ACE) qui offre des cours dans des communautés par le biais de l’apprentissage visuel et basé sur l’expérience. Comme l’a déclaré Frank Parnell, président directeur général de la Tribal Resources Investment Cooperation : « Le programme ACE est devenu et continuera d’être le catalyseur clé pour forger notre autosuffisance. Nos programmes garantissent la participation des peuples autochtones dans l’économie en tant que propriétaires d’entreprises. »

Brent est un modèle pour ses étudiants et ses collègues. Il facilite l’intégration des pratiques autochtones dans l’enseignement supérieur des affaires et il crée des opportunités d’éducation accessibles aux étudiants autochtones qui vivent dans des communautés isolées. Pour Brent, le fait de cultiver et d’encourager des relations durables avec les communautés autochtones est une expression de l’idée exprimée par le slogan « plus forts ensemble » – plus forts en tant qu’établissements qui collaborent entre eux, en tant que leaders éducationnels et en tant que peuples qui partagent une même terre.



Tiffany Potter
Department of English | Département d’anglais,
University of British Columbia | Université de la Colombie-Britannique

tiffany potter portrait

Tiffany is a genuine innovator in teaching and learning, who changes her students’ entire perspective on literature. She is clear, dedicated and incredibly passionate about English literature. Tiffany involves her students in writing notes for published literary scholarship through class assignments, and has their names appear as contributors of original published material. She is also part of the creative team behind comPAIR, open source learning software used at more than a dozen institutions worldwide in several fields, including Physics and Mathematics. This creative tool allows students to learn by comparing pairs of answers from their peers, helping students all over the world to feel less anxious, more confident as they reflect critically on their own work.

Tiffany’s peers describe her as an unmatched leader in the teaching of eighteenth-century British literature in North America. She is involved in strengthening the experiences of teaching and learning for both teachers and students. For example, she established a successful international pedagogy series at the annual Canadian Society for 18th-Century Studies (CSECS) conference and co-created the first-ever Pedagogy Hub at the annual meeting of the Congress of the Federation of the Social Sciences and Humanities. For Tiffany, being an academic mentor is not about being the best; it is about making it possible for others to do their best.

 

Tiffany est une véritable innovatrice en enseignement et en apprentissage qui a réussi à complètement changer la perspective de ses étudiants sur la littérature. Elle est claire, dévouée et incroyablement passionnée à propos de la littérature anglaise. Tiffany demande à ses étudiants d’écrire, par le biais de devoirs de classe, des notes de recherche littéraire qui seront publiées et elle fait en sorte que leurs noms soient inclus en tant que collaborateurs de travaux originaux publiés. Elle fait également partie du groupe créatif responsable de la création de comPAIR, un logiciel d’apprentissage libre utilisé dans plus d’une douzaine d’établissements du monde entier dans plusieurs domaines, y compris en physique et en mathématiques. Cet outil créatif permet aux étudiants d’apprendre en comparant des paires de réponses fournies par leurs pairs, ce qui aide les étudiants du monde entier à se sentir moins stressés et plus en confiance alors qu’ils réfléchissent de façon critique à leur propre travail.

Les collègues de Tiffany la décrivent comme un leader sans pareil dans l’enseignement de la littérature britannique du dix-huitième siècle en Amérique du Nord. Elle s’efforce de renforcer les expériences d’enseignement et d’apprentissage à la fois des enseignants et des étudiants. Par exemple, elle a établi une série pédagogique internationale qui a connu le succès lors du Congrès annuel de la Société canadienne d’étude du XVIIIe siècle (SCEDHS) et elle a créé en collaboration le tout premier Centre pédagogique lors du Congrès de la Fédération des sciences humaines. Pour Tiffany, le fait d’être un mentor universitaire ne signifie pas être la meilleure, cela signifie plutôt aider les autres à faire de leur mieux.



Diane Symbaluk
Department of Sociology | Département de sociologie,
MacEwan University | Université MacEwan

diane symbaluk portrait

The institution that MacEwan University is today lies on a foundation of Diane’s vital work. Most noteworthy is the important role she played in the institution’s transition to degree granting. At MacEwan, she has also become known more informally as the person “to go to” for mentorship involving research. Diane’s students prove that undergraduate students can excel at carrying out studies on social issues. She has the ability to transform students from apprehensive skeptics into confident researchers, who go beyond sharing their findings, to making a difference.  As one student says, “Because of Diane’s support, openness and mentorship I feel like I’m making contributions to my community.”

Diane describes her mentorship as a form of sharing – the sharing of her time, skills and passion with her students, colleagues, and the wider academic community. She also is dedicated to supporting her students beyond the classroom in their professional development. As another student says, “To have someone like Dr. Symbaluk believe in me and invite me to work with her one on-one was an incredibly validating moment for me. It made me believe in myself— and that is the most sacred gift a professor can give a student.”

L’établissement que l’Université MacEwan est aujourd’hui repose sur le travail essentiel de Diane. Ce qui est le plus notoire, c’est le rôle important qu’elle a joué dans le passage de l’établissement à un établissement qui décerne des diplômes. À l’Université MacEwan, elle est devenue également connue de manière plus informelle comme la personne « à qui s’adresser » pour le mentorat en recherche. Les étudiants de Diane prouvent que les étudiants de premier cycle peuvent briller dans leurs études sur les problèmes sociaux. Elle a l’aptitude de transformer les étudiants appréhensifs et sceptiques et de faire d’eux des chercheurs ayant confiance en soi, qui vont au-delà de leurs résultats et finissent par faire une différence. Comme l’a déclaré un étudiant : « Grâce au soutien, à la disponibilité et au mentorat de Diane, j’ai le sentiment d’apporter des contributions à ma communauté. »

Diane décrit son mentorat comme une forme de partage – le partage de son temps, de ses compétences et de sa passion – avec ses étudiants, ses collègues et la communauté universitaire en général. Elle est également dévouée quand il s’agit de soutenir ses étudiants au-delà de la salle de classe dans leur développement professionnel. Comme l’a déclaré un autre étudiant : « Le fait que quelqu’un comme Madame Symbaluk me fasse confiance et m’invite à travailler avec elle individuellement a été un moment incroyablement validant pour moi. Cela m’a permis d’avoir confiance en moi-même, et ça, c’est le cadeau le plus précieux qu’un professeur puisse donner à un étudiant. »



Edōsdi—Judy Thompson
Department of First Nations Studies | Département d’études des Premières nations
University of Northern British Columbia | Université du Nord de la Colombie-Britannique

Edōsdi-judy thompson portrait

Edōsdi—Judy Thompson is one of those educators who give us hope. Hope that our journey on the challenging path of reconciliation will ultimately bring about positive change and benefit for every Canadian. Edōsdi’s career path in many ways symbolizes what Indigenous scholars face. This challenging path includes exploring and developing their own talents and interests while focusing on bringing about positive development in the broader historical, political, cultural, and economical picture. In Edōsdi’s own words, “My whole identity is tied up in being a teacher, which is reflected not only in my teaching, but in my scholarly work, and my work with the larger community and world: institutions, academic disciplines, K-12 School System, Indigenous nations, and higher education in general.”

Edōsdi faces two gigantic tasks: the revitalization and reclamation of her people’s Tahltan language and sharing her experiences about the inherent systemic and cultural challenges in teaching mandatory Indigenous Studies courses so that the teachings of reconciliation can be done in a safe and honest way. Her willingness to face these tasks deserves the highest commendation and respect. In the words of one of Edōsdi’s former students: “Her courses sparked my interest in First Nations culture and Indigenous issues, inspiring me to take several additional courses on these topics as electives and to spend time learning about the local Indigenous communities whose land I have had the honour to live, learn, work, and play on.”

Edōsdi—Judy Thompson est une de ces éducatrices qui nous donne de l’espoir. L’espoir que notre cheminement sur le parcours plein de défis menant à la réconciliation pourra finalement apporter des changements positifs et profiter à tous les Canadiens. Le chemin suivi par Edōsdi au cours de sa carrière symbolise de diverses manières les défis auxquels font face les chercheurs autochtones. Ce chemin rempli d’embûches comprend l’exploration et le développement des talents et des intérêts de chaque personne, alors que ces personnes essayent en même temps d’apporter des développements positifs dans le tableau plus vaste historique, politique, culturel et économique. Comme Edōsdi l’a déclaré elle-même : « Ma propre identité est liée au fait que je suis professeure, ce qui se reflète non seulement dans mon enseignement mais également dans mes travaux de recherche et dans mon travail avec la communauté en général et avec le monde : établissements, disciplines universitaires, systèmes scolaires de la maternelle à la douzième année, peuples autochtones et enseignement supérieur en général. »

Edōsdi fait face à deux tâches gigantesques : la revitalisation et la réclamation de la langue de son peuple, le Tahltan, et le partage de ses expériences sur les défis systémiques et culturels inhérents à l’enseignement obligatoire de cours d’études autochtones afin que les enseignements de la réconciliation puissent se faire d’une manière sécuritaire et honnête. Son consentement à faire face à ces tâches mérite les éloges et le respect les plus élevés. Comme l’a déclaré une de ses étudiantes : « Ses cours ont éveillé mon intérêt sur la culture des Premières nations et sur les questions autochtones et m’ont inspirée à suivre d’autres cours sur ces sujets en tant que cours facultatifs, et de passer du temps à en apprendre davantage sur les communautés autochtones locales sur les terres de qui j’ai l’honneur de vivre, d’apprendre, de travailler et de me distraire. » 



Aleksandra Zecevic
School of Health Studies | École des études sur la santé,
Western University | Université Western

aleksandra zecevic portrait

Aleksandra Zecevic is a trailblazer for community engaged learning, championing students and faculty as she brings the community into the classroom. She has engaged her students as partners to bring the teaching of aging to life. Together they have changed the local community through projects such as the Age Friendly Cities initiative, which has improved city paths, benches, and provided education to prevent ageism. Her students have also collaboratively designed a mobile aging simulation, Evoking Empathy Lab, dedicated to helping people gain an appreciation of growing older. As a student said “Nothing is more empowering than believing you are a valued member of the classroom because this mentality translates to believing you are an asset to society.”

Aleksandra is now reaching beyond Canada, enabling trans-national exposure to the best elder care policies and practices in the world. Recently she built connections through virtual classrooms and international travel between Canada, Sweden, Denmark, and Norway.  She works towards collaborative communities that are open, inclusive and ageless, using every opportunity to advocate for older adults and improvement of teaching and learning. 

Aleksandra Zecevic est une précurseure de l’apprentissage en milieu communautaire, une militante pour les étudiants et les professeurs alors qu’elle fait entrer la communauté dans la salle de classe. Elle a fait participer ses étudiants en tant que partenaires pour faire vivre l’enseignement du vieillissement. Ensemble, ils ont changé la communauté locale grâce à des projets tels que l’initiative Age Friendly Cities, qui a permis d’améliorer les sentiers et les bancs de la ville et a mis en place des programmes d’éducation pour empêcher l’âgisme. Ses étudiants ont également conçu ensemble une simulation mobile sur le vieillissement, Evoking Empathy Lab, consacrée à aider les gens à mieux comprendre le vieillissement. Une de ses étudiantes a déclaré : « Rien n’est plus stimulant que de croire que vous êtes un membre précieux de la classe car cette mentalité se traduit par le fait que vous croyez que vous êtes un atout pour la société. »

 Le travail d’Aleksandra va maintenant au-delà du Canada et permet l’exposition trans-nationale des meilleures politiques de soins et de pratiques pour les personnes âgées dans le monde. Récemment, elle a établi des connexions par le biais de salles de classe virtuelles et de voyages internationaux entre le Canada, la Suède, le Danemark et la Norvège. Elle oeuvre pour établir des communautés collaboratrices qui sont ouvertes, inclusives et sans limites d’âge, et elle saisit chaque occasion de défendre les droits des personnes âgées et d’améliorer l’enseignement et l’apprentissage.

     

Comments are closed.