2019 3M National Student Fellows

Press release

The Society for Teaching and Learning in Higher Education and 3M Canada are pleased to announce this year’s 3M National Student Fellows:

Communiqué de presse

La compagnie 3M Canada et la Société pour l’avancement de la pédagogie dans l’enseignement supérieur ont le plaisir de présenter les lauréats de 2018 du Prix national d’excellence 3M pour étudiants:

 

Mathieu Chin, Biomechanics | Biomécanique
University of Calgary | Université de Calgary

Mathew Dueck, Indigenous Social Work | Travail social autochtone
Laurentian University | Université Laurentienne

Taylor Irvine, Study of Religion | Étude de la religion
University of Toronto | Université de Toronto

Owen Dan Luo, Child Health and Health Sciences | Santé des enfants et sciences de la santé
McMaster University | Université McMaster

Ethan Pohl, Sociology (Criminology, Law, and Social Policy) and Political Studies | Sociologie (criminologie, droit et politique sociale) et études politiques, Bishop’s University | Université Bishop’s
Mariam Ragab, Computer Science, and Sociology and Social Anthropology of Social Justice and Inequality | Informatique, sociologie et anthropologie sociale de la justice sociale et de l’inégalité
Dalhousie University | Université Dalhousie

Hayat Showail, Environment, Sustainability & Society | Environnement, durabilité et société
Dalhousie University | Université Dalhousie

Tonya-Leah Watts, Biomedical Science and Indigenous Studies | Sciences biomédicales et études autochtones
Trent University | Université Trent

Tingting Yan, Health Sciences, Biomedical Sciences | Sciences de la santé, sciences biomédicales
University of Calgary | Université de Calgary

Enav Zipora Zusman, Pharmacy | Pharmacie
University of British Columbia | Université de la Colombie-Britannique



Mathieu Chin
Biomechanics | Biomécanique
University of Calgary | Université de Calgary

Mathieu Chin is a third-year Kinesiology student at the University of Calgary, majoring in Biomechanics. Following this degree, he will work towards the completion of medical school, where he currently holds conditional acceptance into the Cumming School of Medicine’s Undergraduate Medical Education program in 2020 through the prestigious Pathways to Medicine Scholarship Program.

He is currently an undergraduate researcher at the Sports Injury Prevention Research Center, one of the International Olympic Committees research centers for injury prevention, where he is looking at the biomechanical risk factors of sport-specific movement tasks in youth basketball players. Likewise, his work in evaluating the effects of body checking policy in youth ice hockey players has had an immense impact on the reduction of injuries and concussions for youth players across Canada. He also has interest in the field of Orthopedic Biomechanics, as well as the neurological disease of Chronic Traumatic Encephalopathy. He is currently a volunteer and the Education Coordinator at the Thrive Center, a member of the Scholars Academy, and the Faculty of Kinesiology Representative for the Students’ Union, where he is working to on various mental health initiatives and increasing work integrated learning experiences for Kinesiology

Mathieu Chin est un étudiant de troisième année en kinésiologie à l’Université de Calgary qui se spécialise en biomécanique. Quand il aura obtenu son diplôme, il compte poursuivre ses études à l’école de médecine, où il a été conditionnellement accepté pour l’année 2020 dans le programme d’éducation médicale de premier cycle de l’École de médecine Cumming, avec une bourse du programme Pathway to Medicine.

À l’heure actuelle, il occupe le poste de chercheur de premier cycle au Centre de recherche sur la prévention des blessures sportives, l’un des centres de recherche sur la prévention des blessures des comités internationaux des Jeux olympiques. Ses recherches portent sur les facteurs de risques biomécaniques des mouvements spécifiques au sport parmi les jeunes joueurs de basket-ball. Son travail a également eu des effets considérables pour l’évaluation des effets des politiques sur les mises en échec parmi les jeunes joueurs de hockey relativement à la réduction des blessures et des commotions cérébrales pour les jeunes joueurs d’un bout à l’autre du Canada. Il s’intéresse également à la biomécanique orthopédique ainsi qu’à l’encéphalopathie traumatique chronique, une maladie neurologique. Il travaille comme bénévole en tant que coordinateur d’éducation au Centre Thrive, il est membre de l’Académie des chercheurs et représentant de la kinésiologie au syndicat des étudiants, où il travaille sur diverses initiatives en matière de santé mentale et pour augmenter les expériences d’apprentissage intégrées en kinésiologie.



Mathew Dueck
Indigenous Social Work | Travail social autochtone
Laurentian University | Université Laurentienne

Mathew Dueck is currently pursuing an Honours Bachelor of Indigenous Social Work at Laurentian University, situated on the traditional territories of the Atikameksheng Anishnawbek and the Wahnapitae First Nations. With nēhiyawak (Plains Cree) and Red River Métis roots, and raised in the Mennonite tradition, Mathew aspires to apply his insights as an up-and-coming researcher and policy developer to issues of accessibility, mental health, and Indigenous representation in post-secondary education. Similarly, motivated in utilizing the cultural seeds of his upbringing in Manitoba, along with his respectful connections to Mistawasis First Nation, Mathew has continued to promote the inclusion of those who have, like him, been faced with marginalization. Met with the additional challenges of having a disability, his research aims and career interests occupy the intersection between innovative advocacy and transformative legislation, where his passion for human rights and culture have already earned him a new name, proffered by elders in the Indigenous community: Gimewan Niimi (Rain Dancer). Buoyed by a vision for inclusive educational experiences that find ground in the teachings of the Cree and Michif peoples, Mathew continues to stand as a paragon of diversity and resilience, sowing the seeds of truth and reconciliation for generations to come.

Mathew Dueck poursuit à l’heure actuelle ses études en vue de l’obtention d’un baccalauréat spécialisé en travail social autochtone à l’Université Laurentienne, située sur les territoires traditionnels des Premières nations des Atikameksheng Anishnawbek et des Wahnapitae. Mathew a des racines parmi les nehiyawak (les Cris des Plaines) et les Métis de la rivière Rouge et il a été élevé dans la tradition mennonite. Il aspire à appliquer ses connaissances en tant que chercheur prometteur et concepteur de politiques pour répondre aux problèmes d’accessibilité, de santé mentale et de représentation autochtone dans l’enseignement post-secondaire. Également, motivé à utiliser les graines culturelles de son éducation au Manitoba, ainsi que ses connexions respectueuses avec la Première nation des Mistawasis, Mathew continue à promouvoir l’inclusion de ceux qui, comme lui, ont été confrontés à la marginalisation. Du fait qu’il fait également face à un défi supplémentaire, puisqu’il souffre d’un handicap, les objectifs de ses recherches et ses intérêts professionnels se situent à l’intersection de la défense innovatrice des droits et de la législation transformatrice, où sa passion pour les droits de la personne et pour la culture lui a déjà valu un nouveau nom qui lui a été présenté par les anciens de la communauté autochtone : Gimewan Niimi (Danseur de la pluie). Porté par une vision pour les expériences éducatives inclusives qui prennent racine dans les enseignements des Cris et des Michifs, Mathew continue de représenter un parangon de diversité et de résilience et à semer les graines de la vérité et de la réconciliation pour les générations à venir.



Taylor Irvine
Study of Religion | Étude de la religion
University of Toronto | Université de Toronto

Taylor Irvine is a senior undergraduate student in the Department for the Study of Religion at the University of Toronto. Her education exposed and intrigued her to different worldviews and governing structures, pressing social justice issues, and the intersection of religion, gender, human rights, and public policy. She has led multiple cross-cultural initiatives both on and off campus to build a more supported and connected student body and bring students from different cultural backgrounds together. She has created and implemented knowledge translation projects in Kenya through stakeholder engagement with doctors, policy makers, and patient families. Through this project, she intends to provide accessible information about cancer and health care to empower patient families to improve their health outcomes. Taylor plans to develop a career in human rights policy and knowledge translation to support women and marginalized communities and their self- determination.

Taylor Irvine est une étudiante en fin de premier cycle dans le département de l’étude de la religion à l’Université de Toronto. Ses études l’ont intriguée et l’ont exposée à diverses visions du monde et diverses structures de gouvernement, aux problèmes pressants de justice sociale et à l’intersection de la religion, des questions liées au genre, des droits de la personne et de la politique publique. Elle a dirigé de multiples initiatives interculturelles à la fois sur le campus et hors campus afin de mettre sur pied un corps étudiant plus soutenu et mieux connecté et pour rapprocher les étudiants issus de divers milieux culturels. Elle a créé et mis en oeuvre des projets de transmission du savoir au Kenya grâce à l’engagement d’intervenants tels que des médecins, des décideurs politiques et des familles de patients. Suite à ce projet, elle a l’intention de fournir des informations accessibles sur le cancer et les soins de santé afin de responsabiliser les familles des patients dans le but d’améliorer leur état de santé. Taylor a l’intention de poursuivre une carrière dans le domaine des politiques sur les droits de la personne et sur la transmission du savoir afin de soutenir les femmes, les communautés marginalisées et leur auto-détermination.



Owen Dan Luo
Child Health and Health Sciences | Santé des enfants et sciences de la santé
McMaster University | Université McMaster

Owen believes in the power of student empowerment to address the challenges facing education and healthcare in Canada. His older brother is his greatest source of inspiration; growing up with a sibling with Klinefelter’s disorder and a series of complicated mental health challenges has motivated Owen to advocate for children and students with special physical and mental health needs. Owen has improved the educational experience of students at McMaster University by teaching wellness and self-care to students as a Teaching Assistant, promoting multidisciplinary collaboration as Co-Chair of the 3rd Annual McMaster Child Health Conference, and celebrating the undergraduate student voice by serving as the Editor-in-Chief of McMaster University’s Undergraduate Health Sciences Journal, The Meducator. Owen is also a published, award- winning youth poet and Co-Captain of McMaster University’s Varsity Men’s Foil Team. An aspiring clinician, he is currently finishing his Honours BHSc specializing in Child Health at McMaster University, and is an alumnus of The Academy for Gifted Children – PACE. In recognition of his dedication to community service and student engagement in the community of Hamilton, ON, Owen has been awarded the Governor’s General Bronze Medal, and is the prospective awardee of the 2018 Chancellor’s Gold Medal at McMaster University.

Owen croit dans le pouvoir de responsabilisation des étudiants pour répondre aux défis auxquels sont confrontés l’enseignement et les soins de santé au Canada. Son frère aîné est sa plus grande source d’inspiration. Le fait d’avoir grandi avec un frère atteint du syndrome de Klinefelter ainsi qu’une série de défis compliqués liés à la santé mentale ont motivé Owen à défendre les droits des enfants et des étudiants ayant des besoins physiques et mentaux spéciaux. Owen a amélioré l’expérience éducative des étudiants de l’Université McMaster quand il a enseigné aux étudiants, en tant qu’assistant à l’enseignement, l’autogestion de la santé et du mieux-être. En tant que co-président du IIIe colloque annuel sur la santé des enfants de McMaster, il a encouragé la collaboration pluridisciplinaire, et en tant que rédacteur en chef de la Revue de premier cycle sur les sciences de la santé de McMaster, The Meducator, il a célébré la voix des étudiants de premier cycle. Owen est également un jeune poète qui a publié des poèmes primés et il est également co-capitaine de l’équipe universitaire de fleuret masculin. C’est un clinicien en herbe qui est en train de terminer son baccalauréat ès sciences spécialisé en santé des enfants à l’Université McMaster. Il est également un ancien élève de l’Académie pour enfants doués – PACE. En hommage à son dévouement au service à la communauté et à la participation des étudiants dans la communauté de Hamilton (Ontario), Owen a obtenu la médaille de bronze du Gouverneur général et il est également le lauréat potentiel de la médaille d’or de 2018 du Chancelier de l’Université McMaster.



Ethan Pohl
Sociology (Criminology, Law, and Social Policy) and Political Studies | Sociologie (criminologie, droit et politique sociale) et études politiques, Bishop’s University | Université Bishop’s

Ethan Pohl is a 4th year student on the traditional land of the Abenaki people and the Wabanaki Confederacy at Bishop’s University. Ethan is pursuing an Honors degree in Sociology with a concentration in Criminology, Law, and Social Policy and a minor in Political Studies. Ethan aims to amplify the student voice through varied avenues: from his work as the Station Manager of Bishop’s Toast Radio – the student-run online radio station – to his position as a member of the Maple League Student Council, and through research and academic scholarship. He takes pride in creating spaces for new ideas and difficult conversations. By challenging dominant conceptions of students as passive consumers, Ethan hopes to create an academic culture where students are intimately involved in their own learning at every step.

Following his undergraduate studies, Ethan aims to pursue graduate studies in sociology with the eventual goal of contributing to academic scholarship while instructing sociology students in ways which empower them. Ethan’s work has been published in the Justice Report and the International Journal for Students as Partners, and he has presented at both Canadian and international conferences on sociology, teaching and learning, and international security.

Ethan Pohl est un étudiant de quatrième année à l’Université Bishop’s, située sur les terres traditionnelles de la confédération des Abenakis et des Wabanakis. Il étudie en vue de l’obtention d’un baccalauréat en sociologie avec spécialisation en criminologie, en droit et en politique sociale, et une mineure en études politiques. Ethan s’efforce d’amplifier la voix des étudiants par divers moyens, entre autres par son travail en tant que gérant de la station radio de l’Université Bishop’s, Toast Radio, la radio en ligne dirigée par les étudiants, par son statut de membre du Conseil des étudiants Maple League, ainsi que par ses recherches et son excellence scolaire. Il est fier de créer des espaces pour les nouvelles idées et les conversations difficiles. Quand il met au défi les conceptions dominantes des étudiants en tant que consommateurs passifs, Ethan espère créer une culture universitaire où les étudiants sont intimement impliqués dans leur propre apprentissage à tous les niveaux.

Quand il aura terminé ses études de premier cycle, Ethan a l’intention de poursuivre des études de cycle supérieur en sociologie avec pour but ultime de contribuer à l’excellence universitaire tout en enseignant aux étudiants de sociologie comment se responsabiliser. Les travaux d’Ethan ont été publiés dans le Rapport du ministère de la justice ainsi que dans la Revue internationale pour étudiants en tant que partenaires, et il a présenté des communications dans des congrès canadiens et internationaux sur la sociologie, sur l’enseignement et l’apprentissage et sur la sécurité internationale.



Mariam Ragab
Computer Science, and Sociology and Social Anthropology of Social Justice and Inequality | Informatique, sociologie et anthropologie sociale de la justice sociale et de l’inégalité
Dalhousie University | Université Dalhousie

Mariam Ragab is a third year Computer Science student at Dalhousie University with a minor in Social Justice and Inequality. Mariam is passionate about youth education and empowerment, and international public policy. From being an avid debater, code instructor for children, and a teaching assistant for courses at Dalhousie, Mariam likes to fill her time with different ways to give back. She is passionate about international human rights, given her background as an immigrant to Canada from Egypt. Last December, she was given an opportunity to judge top debaters at the World University Debate Championships, where she was exposed to the perspectives of top debaters and intellectuals from around the globe. Mariam is also a passionate volunteer for Global Vision, acting as the Atlantic coordinator for the organization, having co-organized two National Youth Ambassador Caucus’s, an Arctic Youth Ambassador Summit, and a roundtable in Halifax. She is especially passionate about Canada’s North, and sharing stories of resilience within the region. Mariam also had the opportunity to represent Canada as part of the official Canadian youth delegation to APEC 2018, where she had the opportunity to present on challenges and opportunities in the digital age to changemakers from the Asia Pacific Region.

Mariam Ragab est une étudiante de troisième année en informatique à l’Université Dalhousie, où elle poursuit une mineure en justice sociale et en inégalité. Mariam est passionnée par l’éducation des adolescents et l’autonomisation, ainsi que par la politique publique internationale. Elle a participé avec ferveur à des débats publics, elle a enseigné le code aux enfants et a enseigné des cours à Dalhousie en tant qu’assistante à l’enseignement. Elle aime réinvestir dans la communauté de diverses manières. Elle est passionnée par les droits de la personne internationaux, étant donné qu’elle est arrivée au Canada en tant qu’immigrante venue d’Égypte. En décembre dernier, elle a eu l’occasion de juger des débatteurs de haut rang lors des championnats du monde de débats universitaires, où elle a été exposée aux perspectives des meilleurs débatteurs et des meilleurs intellectuels venus du monde entier. Mariam est également une bénévole passionnée pour l’organisme Vision globale, où elle tient le rôle de coordinatrice pour la région atlantique. Elle a co-organisé deux caucus nationaux de jeunes ambassadeurs, un sommet de jeunes ambassadeurs de l’Arctique et une table ronde à Halifax. Elle est tout particulièrement passionnée par le Grand Nord canadien et aime partager des récits de résilience de la région. Elle a eu l’occasion de représenter le Canada en tant que membre de la délégation officielle des jeunes Canadiens lors du sommet de l’APEC en 2018, où elle a eu l’occasion de présenter, devant des agents du changement de la région de l’Asie du Pacifique, une communication sur les défis et les opportunités à l’ère du monde numérique.



Hayat Showail
Environment, Sustainability & Society | Environnement, durabilité et société
Dalhousie University | Université Dalhousie

Hayat Showail’s work in her community shows her passions of environmental sustainability and true diversity, inclusivity, and equity in the Canadian culture. Hayat was born in the United States and has moved sixteen times in her lifetime. She has resided in the United States, specifically in the Midwest in the states of Missouri and Indiana as well as the South in Georgia. Hayat also completed her middle school and half her high school education in the Middle East in Beirut, Lebanon where she first found her love for community work by tutoring underprivileged children. She knows her privilege of travel and wishes to give back as much as she can by immersing herself in each new community she comes to. Currently in Halifax, Hayat is an advocate for change and growth, no obstacle is too great to conquer. She is starting difficult conversations around racism, tokenism, and equity with administrative authorities to stop injustice little by little. Hayat is also an employee at Dalhousie’s career centre where she helps students everyday begin their path for their future.

Le travail de Hayat Showail dans sa communauté illustre sa passion pour la durabilité environnementale, la diversité, l’inclusion et l’équité dans la culture canadienne. Hayat est née aux États-Unis et elle a déménagé seize fois dans sa vie. Elle a vécu aux États-Unis, principalement dans le Midwest, au Missouri et en Indiana, ainsi que dans le Sud, en Géorgie. Hayat a également fait ses études collégiales et la moitié de ses études secondaires au Moyen-Orient, à Beyrouth (Liban), où elle a découvert pour la première fois son amour pour le travail communautaire quand elle a donné des cours particuliers à des enfants défavorisés. Elle comprend qu’elle est privilégiée d’avoir pu voyager et souhaite payer de retour autant que possible en s’immergeant dans chaque communauté où elle se trouve. À l’heure actuelle, à Halifax, Hayat défend la cause du changement et de la croissance; pour elle, aucun obstacle n’est trop grand et tous peuvent être franchis. Elle entame des conversations difficiles sur le racisme, le symbolisme et l’équité avec les autorités administratives dans le but de mettre fin, petit à petit, à l’injustice. Hayat est également employée au centre d’orientation professionnelle de Dalhousie où elle aide chaque jour les étudiants à faire les premiers pas sur le chemin qui mène à leur avenir.



Tonya-Leah Watts
Biomedical Science and Indigenous Studies | Sciences biomédicales et études autochtones
Trent University | Université Trent

Tonya-Leah Watts is from Wikwemikong Unceded Indian Reserve on Manitoulin Island, and is currently completing her Honours BSc in Biomedical Sciences at Trent University with a minor in Indigenous Studies. She has received several scholarships and awards recognizing her exemplary academic achievements and exceptional community leadership and involvements, and has been involved in research and mentorship programs at McMaster University, the SickKids Research Institute, and the University of Toronto. Tonya-Leah is working towards building a medical career in which she can combine western and Indigenous knowledge to deliver better quality care to Indigenous peoples in Canada.

Tonya-Leah always makes time to keep her other priorities in balance, such as her family, friends, school/community involvement, and her passion for music, all of which have played major roles in her path to where she is today. She is a gifted and dedicated leader, advocate, scientist, musician, and mentor who believes that cultural revitalization and the sharing of Indigenous voices is an act of resurgence and strength, and that reconciliation comes when others are ready to listen to these voices. Ultimately, Tonya-Leah seeks to live a life in which she can proudly represent her heritage as well as always follow her heart.

Tonya-Leah Watts est originaire de la réserve indienne non cédée de Wikwemikong, située sur l’île Manitoulin, et elle termine à l’heure actuelle son baccalauréat ès sciences spécialisé en sciences biomédicales à l’Université Trent, avec une mineure en études autochtones. Elle a obtenu plusieurs bourses et récompenses en reconnaissance de ses excellents résultats universitaires, de son leadership communautaire exceptionnel et de ses implications. Elle a travaillé pour des programmes de recherche et de mentorat à l’Université McMaster, à l’Institut de recherche de l’hôpital Sick Kids et à l’Université de Toronto. Tonya-Leah se prépare à une carrière médicale où elle pourra combiner le savoir autochtone et le savoir occidental afin de fournir des soins de qualité aux peuples autochtones du Canada.

Tonya-Leah trouve toujours le temps de garder ses autres promesses en harmonie : sa famille, ses amis, ses activités dans la communauté et à l’université, ainsi que sa passion pour la musique, qui ont toutes joué un rôle primordial dans la voie qu’elle suit à l’heure actuelle. Elle est douée et dévouée dans de nombreux domaines : leadership, défense des droits, sciences, musique, mentorat. Elle croit que la revitalisation culturelle et le partage des voix autochtones sont des actes de résurgence et de pouvoir et que la réconciliation arrivera quand les autres seront prêts à entendre ces voix. En fin de compte, Tonya-Leah cherche à vivre une vie dans laquelle elle pourra fièrement représenter son patrimoine et elle espère qu’elle pourra toujours écouter son coeur.



Tingting Yan
Health Sciences, Biomedical Sciences | Sciences de la santé, sciences biomédicales
University of Calgary | Université de Calgary

Tingting is a fourth year BHSc (Honours) student at the University of Calgary. She is passionate about meeting a core but often invisible purpose of post-secondary: fueling curiosity to seed meaningful interactions between people of all perspectives and backgrounds. These connections lead to a more caring community, in post-secondary and beyond. Inspired by Humans of New York, she founded Humans of UCalgary (HOUC) to share the stories of her campus. Over the past four years, HOUC has gained 5,000 social media subscribers in 45 countries and published the university’s first book of photojournalism. To help the broader community benefit from applying the principles of photojournalism, such as open-mindedness and empathy, to daily life, she initiated the Human Connection Community Program, which facilitates conversations between hundreds of strangers. Off campus, she volunteers with Alberta Health Services, presented her neuroimaging research at the World Congress on Brain Injury, studied public health in Singapore and India, and worked as a management consultant for McKinsey & Company. Through her travels and interdisciplinary adventures, she has realized that even brief moments of human connection challenge assumptions, stimulate creativity, and enrich life. She aspires to a career combining healthcare, media, and community-building.

Tingting est une étudiante de quatrième année à l’Université de Calgary où elle poursuit des études en vue de l’obtention d’un baccalauréat en sciences de la santé avec spécialisation. Elle est passionnée et cherche à atteindre un but de base mais souvent invisible de l’enseignement post-secondaire : piquer la curiosité afin de planter des interactions significatives entre les personnes de toutes les perspectives et de tous les milieux. Ces connexions aboutissent à une communauté plus bienveillante, tant dans l’enseignement post-secondaire qu’au-delà. Inspirée par le blogue Humans of New York, elle a fondé Humans of UCalgary (HOUC) pour partager les récits de son campus. Au cours des quatre dernières années, le réseau social HOUC a obtenu 5000 abonnés originaires de 45 pays et a publié le tout premier livre de photo-journalisme de l’université. Afin d’aider la communauté élargie à bénéficier de l’application des principes du photo-journalisme, tels que l’ouverture d’esprit et l’empathie, à la vie de tous les jours, elle a créé le programme communautaire « Human Connection » qui facilite les conversations entre des centaines de personnes étrangères les unes aux autres. Hors campus, elle fait du bénévolat pour les services de santé de l’Alberta. Elle a également présenté ses recherches en neuro-imagerie au Congrès mondial sur les traumatismes crâniens, elle a étudié la santé publique à Singapour et en Inde, et elle a travaillé comme consultante en gestion pour McKinsey & Company. Grâce à ses voyages et à ses aventures pluridisciplinaires, elle s’est rendu compte que même les plus petits moments de connexion avec les êtres humains constituent des défis pour les assomptions, stimulent la créativité et enrichissent la vie. Elle aspire à une carrière qui combinera les soins de santé, les médias et le développement communautaire.



Enav Zipora Zusman
Pharmacy | Pharmacie
University of British Columbia | Université de la Colombie-Britannique

Enav is an ambitious scientist, a prenatal and parental rights advocate and a mental-health awareness activist. She is a student at the undergraduate Entry-to-Practice Doctor of Pharmacy program (PharmD) at the University of British Columbia (UBC), where in addition to a full course-load, she conducts research in the areas of medication adherence and mental health during pregnancy. Enav believes in the importance of keeping mothers in post-secondary education and providing them with the support they need to succeed. Being a student-mother herself and observing the high drop-out rate that is endemic in women post-pregnancy, this topic is very important to her. Prior to starting the undergraduate PharmD program, Enav completed a Master’s degree. During her graduate studies, she served as the Vice President University and Academic Affairs of the Graduate Student Society at UBC where she advocated for better conditions for pregnant and post-partum student-mothers at the university, provincial, and federal government levels. As an involved member of her community, Enav formed a meeting group for UBC student-mothers. The group works together to ensure every member of the group is feeling supported in their academic journey. In addition, Enav works to raise awareness of mental-health concern among university students.

Enav est une scientifique ambitieuse, elle défend les droits prénataux et parentaux et elle est une activiste en sensibilisation à la santé mentale. Elle est étudiante dans le programme de doctorat professionnel en pharmacie comme niveau d’entrée à la profession (PharmD) à l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) où, en plus de suivre des cours à temps plein, elle mène des recherches dans le domaine de l’adhésion aux médicaments et de la santé mentale au cours de la grossesse. Enav croit en l’importance de s’assurer que les mères continuent à étudier à l’université et de mettre à leur disposition le soutien dont elles ont besoin pour réussir. Étant elle-même étudiante et mère et ayant observé le taux élevé de décrochage parmi les mères après leur grossesse, ce sujet lui tient particulièrement à coeur. Avant de s’inscrire dans le programme PharmD, Enav a obtenu une maîtrise. Au cours de ses études de second cycle, elle a été vice-présidente des affaires universitaires de la Société des étudiants de cycles supérieurs à l’Université de la Colombie-Britannique, où elle a plaidé pour que les étudiantes enceintes et celles qui viennent d’accoucher bénéficient de meilleures conditions aux niveaux de l’université, de la province et au fédéral. Elle est impliquée dans sa communauté où elle a créé un groupe de rencontres pour les mères étudiantes de l’université. Le groupe collabore pour faire en sorte que chaque membre du groupe se sente soutenu pendant son parcours universitaire. De plus, Enav s’efforce d’accroître la sensibilisation aux problèmes de santé mentale chez les étudiants universitaires.